Définition

Le Crédit d’impôt : il intervient là aussi, une fois le montant de l’impôt calculé. Le crédit d’impôt est en cela différent de la réduction qu’il est remboursé au contribuable s’il dépasse le montant de son imposition. Ainsi, si vous avez un impôt de 150 euros à payer et un crédit d’impôt de 170 euros, vous ne payerez rien et percevrez 20 euros.

La Réduction d’impôt : elle intervient une fois le montant de l’impôt calculé. Par exemple, si le montant de votre impôt est de 750 euros, vous pourrez y appliquer des réductions afférentes (exemple : dons à un organisme aidant les personnes en difficulté). Ainsi, si vous avez donné 100 euros à une association, vous réduirez votre impôt final de 75 euros (75% de la somme donnée). Vous ne payerez donc plus que 675 euros.

L’ Abattement : aussi appelé déduction, l’abattement est pris en compte avant l’application du barème. Par exemple si vous hébergez un ascendant invalide ou handicapé vous pourrez déduire, sous certaines conditions, 10% de votre revenu global. Pour faire simple, si vous avez gagné 30 000 euros, vous ne déclarerez et ne payerez que sur 27 000 euros (soit 30 000 – 10% ).

Le Bénéfice : c’est le résultat positif dégagé par une entreprise sur un exercice fiscal de 12 mois. On l’oppose au déficit qui qualifie les pertes sur la même période. On le calcule ainsi (produits – charges). Il apparaît au compte de résultat de l’entreprise.

Le Chiffre d’affaire : Également appelé CA, représente le total des ventes (biens ou services) d’une entreprise. C’est le montant des factures émises et non des entrées réelles. Il est important de préciser que ce montant est présenté hors TVA. Il s’évalue sur un exercice fiscal, c’est-à-dire, sur une période comptable définie.

Expert-comptable : Personne qui résout des problèmes que vous ne pensiez pas avoir, d’une manière que vous ne comprenez pas.

La Recette : Opposée à la dépense, la recette représente les mouvements financiers entrants d’une entreprise. La recette peut être issue de la vente de biens ou de services, mais également des intérêts ou commissions. Il s’agit de tout ce qui rentre dans la trésorerie de l’entreprise. Ce montant désigne la somme réellement perçue et encaissée.

Il y a trois sortes d’êtres au langage mystérieux : Les plus aisés à comprendre sont les fous. Puis viennent les polytechniciens. Et enfin les comptables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *